Soutien à la création


Création Promenons-nous dans les boas - Ministère Magouille.

Résidence de création en Septembre 2012 à l'espace des anges.

C’est à la suite d’une coupure de courant, lors d’un concert, que le Ministère Magouille décide de troquer ses amplis et autres distorsions rock’ n’rollesques pour revenir à la « paisibilitude » d’un tour de chant plus dépouillé et intimiste, à la limite de l’acoustique sans jamais tomber dedans. Et quoi de mieux qu’une ambiance cabaret pour développer cet univers ? 

Tranquillement assis autour de petites tables, laissez-vous embarquer dans notre Love Boat à nous. Au début, ça se passe bien, puis très vite, les choses se compliquent, le fil se perd, on se laisse entraîner dans un univers loufoque et déjanté dont seul le Ministère Magouille a le secret. 

La grâce côtoie l’absurde sans aucune limite, et l’on passe du rire aux larmes comme dans un épisode de « La petite maison dans la prairie », si chère à notre cœur. Chansons, capsules théâtrales, farces acousticomusicale, tours de magie… Tout y passe, de manière plus ou moins réussie, que ce moment passé ensemble soit une parenthèse inoubliable dans ce monde cruel dans lequel il nous est demandé de vivre sans broncher… (reprenez votre souffle) Leur devise : « Laisse tes soucis à l’entrée, mets ton sourire sous ton ‘ti nez... » Un vaste programme qui n’a d’autre ambition que de vous laisser un sourire béat sur les lèvres durant le reste de votre existence. 


Création Louize Rizière - Cie les Petites Choses.

Résidence de création en novembre 2011 à l'espace des anges.

Conte visuel et musical sur la route du riz !
Avec riz, marionnettes de papier et objets animés

« Avez-vous regardé un grain de riz de près ? De très très près ? Non ? Louise Rizière oui ! Louise ne s’intéresse qu’aux toutes petites choses, normal, c’est ce qu’elle voit le mieux, et dans un grain de riz elle y voit du merveilleux, car somme toute, le riz c’est la vie. Ce matin la dame à la fenêtre va lancer quelques grains … »

L’histoire :
Louise est sur le chemin de l’école. Elle se trouve dans un espace-temps ou l’on peut rêver, inventer, s’interroger, bref, où à 8 ans l’on goûte à un tout petit début de liberté. Tous les matins, Louise va à pied, tous les matins, une dame à la fenêtre la regarde passer. Le long de ces quelques mètres qui la séparent de l’école, Louise rêve, pense, philosophe, mais  aujourd’hui la dame à la fenêtre va lancer quelques grains… de riz. A la poursuite de ces grains de vie, Louise partira autour de la terre et au milieu des rizières. 
Un voyage onirique qui l’aidera aussi à ouvrir les yeux sur le monde...

 
Note d’intention :
L’imaginaire autour d’un petit grain de riz, du minuscule aller vers l’infini !
« Louise Rizière » c’est le désir de créer un voyage fantaisiste et onirique au milieu des rizières. 
Car le riz, ce petit grain de rien du tout, cultivé depuis des millénaires,
 symbole de vie, de simplicité et de richesse à la fois, mérite bien d’être regardé de plus près !

Le riz est cultivé sur tous les continents. Il constitue l'aliment de base pour plus de la moitié de la population mondiale. 
Traditionnellement, il faut 27 besognes pour cultiver le riz.
Le spectacle est avant tout une recherche poétique, sensorielle, visuelle et musicale articulée d’une façon très onirique autour de la culture du riz et de ces « 27 besognes».
Pourtant, ce petit grain universel porteur de poésie, nous permet aussi, à travers les yeux d’une enfant et de ses interrogations naïves ou fantaisistes, de porter un regard sur le monde aussi bien économique que culturel. Car assurément, à travers le riz et sa culture, nous pouvons parler, des hommes, de la terre, de l’écologie, de la technologie, de spéculation, des dieux et légendes, de la faim, du travail, de la vie en somme ! 
Une gestuelle, évocatrice des tâches traditionnelles à accomplir pour cultiver le riz revient tout le long du spectacle, jusqu’à créer une étrange danse évoquant les gestes indéfiniment répétés et l’éternel cycle des saisons. 
D’un point de vue musical,  il ne s’agit pas d’illustrer un texte, une action, une manipulation par de la musique. L’on peut dire qu’il y a eu une réelle inspiration commune : composition, écriture, recherche de la gestuelle …
Pour la fabrication des marionnettes, l’utilisation du papier est apparue comme une évidence. La forme en aplat nous a aussi semblée la forme la mieux adaptée à cette fable, et, ainsi, nous donnons au jeune public l’illusion de se promener dans un livre illustré. Le décor représentant en partie une rue permet un jeu d’apparition/disparition amusant tout en utilisant la contrainte de la marionnette en aplat (manipulation frontale uniquement) qui amplifie l’illusion du déplacement dans un livre d’image.

 

La Cie les Petites Choses

Création, écriture de la fable, jeu : Mathilde AGUIRRE
Aide à la dramaturgie et conseils artistiques : Pierre ASTRIE   
Musicien accordéoniste et compositeur : Josef  HIRSCH
Création et régie lumière : Vincent JACOTIN  
Construction décor : Céline MATHELIER
Visuel du décor : Jean-Christophe ALIX et Anne SPIELMANN
Mécanismes : Yves MAUFFRAY  
Costumes : Céline ARRUFAT
Fabrication des marionnettes et accessoires : Mathilde AGUIRRE
Photos: Sarah Freby
Production : Cie Les Petites Choses 
Coproduction : La Grande Ourse, Villeneuve lès Maguelone, Théâtre conventionné pour les  jeunes publics en Languedoc Roussillon
Aide à la création Région Languedoc Roussillon, 
Aide à la création et accueil en  résidence : Mairie de Pennautier-Théâtre NaLoba (Aude)
Soutien et accueil en résidence : Mairie de Oupia, Communauté des Communes du Minervois, le Théâtre de l'espace des anges de la ville de Mende  et la Ligue de l'enseignement - FOL 48.

Ce spectacle reçoit le soutien de Réseau en Scène (Sous certaines conditions, nous contacter)

Un grand merci à  Jean-Christophe et  Anne pour  le visuel du décor, à Cathou pour l’affiche,  à Nathalie, Jacqueline, Béatrice, Dora et Patrick pour leurs précieux conseils et leurs soutiens.

 


Création Appartement à louer - Cie Neshikot

La Compagnie NESHIKOT

La compagnie Neshikot est née en 2006 de la rencontre de deux franco-israéliennes, Einat Landais - scénographe/facteur(e) de marionnettes, et Lital Tyano - comédienne/marionnettiste.
Notre désir commun est de raconter des histoires à portée universelle dans un langage théâtral qui associe le jeu d’acteur et la manipulation de marionnettes et d’objets.
Répertoire
Adélaïde (2006), spectacle pour conteuse et marionnettes à partir de 7 ans.
Création au Festival Mondial de Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières
dans la programmation officielle.
Co-produit par le Théâtre Paul Eluard à Choisy-Le-Roi.
Accueilli notamment par le Théâtre aux Mains Nues à Paris, le Théâtre de la marionnette à Paris,
le Festival à pas comptés à Dijon...

Pourquoi ce texte ?

Appartement à louer est un des grands classiques de la littérature israélienne.*
Une histoire très simple de cohabitation, mais porteuse de questions essentielles que nous voulons partager avec les jeunes enfants :
• Savons-nous vivre ensemble malgré les défauts qu’on voit chez les autres ?
• Comment accepter notre voisin dont les modes de vie et habitudes nous sont étrangers ?
à 3 ans, l’âge des premières rencontres à la maternelle, cette découverte de l’autre est au coeur de la vie. Il est différent ! Il peut gêner, agacer, choquer, faire peur parfois…
Ne pas s’arrêter à la première impression, accepter les différences et les apprécier, comme l’élément fondateur de la rencontre, c’est de cette aventure nécessaire à la vie ensemble, dont il nous importe aujourd’hui de faire écho.

Quelques principes théâtraux qui nous guident :

• Partir d’une scène nue, pour donner à voir l’espace théâtral qui se construit,
s’invente sous nos yeux… et disparaît !
• Marionnettes, masques, théâtre d’ombres… le jeux de la comédienne jongle
avec les formes, les associe, s’enrichit de la variation des expressions.
• L’univers visuel s’appuie sur des objets simples et présents dans le quotidien pour
les détourner poétiquement (cartons, objets déglingués, etc…). Une simplicité de moyens
qui permet l’innovation de l’acteur et laisse la part belle à l’imaginaire du spectateur.
• Un spectacle léger capable de s’intégrer à tout type de lieu (salle de spectacle, bibliothèque …)
pour favoriser une rencontre de proximité avec les spectateurs.

Le texte de Léa Goldberg :

* Appartement à louer a été écrit par Léa GOLDBERG en 1959.
Poétesse écrivain israélienne, née en Allemagne en 1911
et décédée en Israël en 1970, couronnée de nombreux prix littéraires,
elle est un des piliers de la littérature israélienne.